Présentation de nos partenaires : Favoriser l’inclusion grâce aux titres de services 

Fort de son expérience dans la mise en place de programmes de soutien social dans plus de 20 pays, Edenred, partenaire de l’ESN, nous explique comment les tickets de services sociaux peuvent être utilisés dans le cadre de programmes visant la promotion du bien-être, notamment à travers l’octroi de titres destinés à une utilisation spécifique.

Dépenses ciblées et bien-être social pour une reprise socialement inclusive

Les mesures adoptées pour faire face à la pandémie de COVID-19 ont eu un impact significatif aussi bien au niveau social qu’économique. Alors que l’heure semble être à la reprise dans nos sociétés, il s’agit plus que jamais de relancer l’économie d’une façon socialement inclusive afin de ne laisser personne sur la touche. Pour y parvenir, il est indispensable d’aider les individus à assurer leurs achats de première nécessité, ce qui peut par ailleurs entraîner une reprise forte et durable dans les secteurs alimentaire, hôtelier, touristique, agricole et du transport.

Les pouvoirs publics peuvent ainsi recourir aux titres de services sociaux pour octroyer aux citoyens une aide alternative aux allocations en nature ou en espèces. C’est notamment le cas avec les solutions dématérialisées : plus sûr, plus efficace et plus simple à mettre en place, ce système permet en effet d’éviter tout abus et de garantir que les fonds sont destinés à l’utilisation spécifique pour lesquels ils étaient prévus tout en offrant aux bénéficiaires la liberté de choisir le produit ou le service qui correspond le mieux à leurs besoins, évitant ainsi toute stigmatisation.

Les biens et les services étant accessibles depuis un réseau dédié, cela ouvre des opportunités économiques aux entreprises locales, en particulier aux petites entreprises. Les pouvoirs publics peuvent ainsi promouvoir des solutions de bien-être social (en rendant les biens et les services plus accessibles aux personnes dans le besoin) tout en adoptant des mesures économiques ciblées qui soutiennent l’économie locale, et en particulier les secteurs les plus durement touchés par la crise.

Une solution flexible et facile à mettre en place

Autrefois disponibles en format papier, les tickets de services sociaux se présentent désormais sous forme de carte ou autre solution électronique, telles que des applications mobiles ou des QR codes. Ces solutions ont l’avantage de pouvoir être mises en place de manière rapide, flexible et facile, notamment en situation d’urgence.

Voici quelques exemples de mesures, impliquant l’utilisation de titres de services sociaux, adoptées afin de faire face aux conséquences de la crise provoquée par la pandémie de COVID-19.

  • Tickets repas pour les familles défavorisées au Royaume-Uni: lors du confinement, le gouvernement britannique a remplacé les repas scolaires gratuits destinés aux enfants issus de familles à faible revenu par des titres de services. En l’espace d’une semaine, un million d’enfants ne pouvant plus bénéficier de la gratuité des repas ont reçu une aide hebdomadaire de 15 livres sterling utilisables dans un réseau d’enseignes alimentaires grâce à des QR codes.
  • Tickets repas pour les citoyens les plus démunis en Italie: durant la crise du COVID-19, le service de protection civile italienne a accordé aux municipalités une aide de 400 millions d’euros destinée à l’approvisionnement alimentaire. Plusieurs centaines de municipalités ont choisi d’octroyer cette aide sous forme de tickets repas.
  • Titres pour la garde d’enfants destinés aux travailleurs fournissant des services de première nécessité en Italie: les autorités locales italiennes ont par ailleurs utilisé des tickets pour la fourniture de services de garde d’enfants destinés aux professionnels de la santé ainsi qu’aux parents travaillant en télétravail et à ceux travaillant dans des secteurs d’activité essentiels.
  • Chèques vacances pour les foyers à faible revenu en France: deux des plus grandes régions du pays ont décidé de distribuer des chèques vacances aux foyers à faible revenu en vue de relancer le tourisme local tout en aidant les familles ayant des difficultés à financer leurs vacances. La région Provence-Alpes-Côte d’Azur a ainsi débloqué une enveloppe de 10 millions d’euros sous forme de chèques vacances, tandis que la région Grand Est a distribué 10 000 chéquiers pour un montant total de 5 millions d’euros.
  • Recours aux bons pour la mise en place du Fonds européen d’aide aux plus démunis (FEAD): des modifications aux règles relatives au FEAD ont permis d’acquérir du matériel de protection destiné aux personnes fournissant l’aide aux plus démunis. Par ailleurs, l’aide alimentaire et l’assistance matérielle de base ont pu être délivrées sous forme de bons afin de limiter les risques de contamination. Adoptés pendant la crise sanitaire, les bons électroniques vont très probablement perdurer comme moyen de mise en œuvre du FEAD, d’autant que, en 2018 déjà, la Commission européenne avait proposé de les introduire de façon permanente à compter de la nouvelle période de programmation du Fonds qui débutera en 2021.