European Social Network - Homepage

Rechercher
Close this search box.

News

stroke copie

Pourquoi les services sociaux doivent trouver (et embaucher) des travailleurs cachés

Par Rainer Binder, directeur général – responsable mondial des services sociaux, Accenture

Les employeurs de tous les secteurs ont du mal à trouver les talents dont ils ont besoin. Les organismes de services sociaux ne font pas exception. Mais cherchent-ils partout où ils peuvent des talents potentiels ? Des recherches menées par Accenture et la Harvard Business School ont révélé qu’il existe un réservoir de talents qui passe inaperçu. Ils appellent ce groupe de personnes les « travailleurs cachés ». Ces « travailleurs cachés » sont occultés parce qu’ils ne répondent pas aux critères classiques d’embauche. Les méthodes et canaux de recrutement que les agences utilisent pour trouver des travailleurs leur manquent. Pourtant, beaucoup sont désireux de trouver un emploi et possèdent des compétences et des qualités très recherchées par les organismes de services sociaux.

Une occasion manquée

Il s’agit potentiellement d’une opportunité énorme et manquée pour les agences de services sociaux. Les recherches révèlent que les employeurs qui prennent des mesures pour localiser et embaucher des travailleurs cachés sont plus que largement récompensés de leurs efforts. Près de deux tiers des entreprises qui ont embauché des travailleurs cachés ont déclaré que leurs performances étaient « nettement supérieures » à la moyenne dans six domaines clés qui comptent le plus pour les employeurs : attitude et éthique professionnelle, productivité, qualité du travail, engagement des employés, innovation et assiduité.

Pourquoi les travailleurs sont cachés

Pourquoi certains travailleurs sont-ils cachés ? Il se peut qu’ils n’aient pas suivi le cursus scolaire traditionnel ou qu’ils aient de longues lacunes dans leur expérience professionnelle. Ils peuvent avoir des obligations familiales ou de soins, un style de vie ou un lieu qui les empêchent d’accéder à l’emploi par les voies habituelles. Un casier judiciaire ou des problèmes de santé mentale ou physique peuvent également les exclure.

Chute au premier obstacle

Les outils de recrutement que les agences pour l’emploi, l’aide sociale, les pensions et autres services sociaux déploient couramment aggravent le problème. Ils peuvent être conçus pour écarter les personnes en fonction d’une série de critères rigides, ce qui signifie que les travailleurs cachés tombent dès le premier obstacle. Des descriptions de poste excessivement spécifiques, des pratiques de travail inflexibles et des processus de candidature difficiles peuvent également y contribuer. Dans l’ensemble, la recherche montre que seuls 7 % des travailleurs cachés parviennent à obtenir une offre d’emploi à temps plein, et un candidat sur deux à un emploi dans le secteur public a déclaré que la procédure de candidature elle-même l’avait empêché de postuler.

Une approche inclusive

Les organismes de services sociaux doivent trouver les talents qui peuvent les aider à fournir les services et l’aide qui font l’objet d’une demande élevée et croissante. Les travailleurs cachés pourraient constituer une source précieuse de talents et de compétences pour répondre à ce besoin. Alors, que peuvent faire différemment les agences de services sociaux pour exploiter cette opportunité ?

Fondamentalement, ils doivent trouver des moyens de « filtrer les candidats » plutôt que de les exclure avant qu’ils ne commencent. Il peut s’agir, par exemple, d’ajuster les filtres automatiques du processus afin que les candidats à fort potentiel qui ne rentrent pas dans le moule ne soient pas immédiatement écartés. En redéfinissant le processus de demande du point de vue des utilisateurs, on peut offrir une invitation plus accueillante. Et le fait d’adopter une approche plus large des compétences requises dans les descriptions de poste pourrait également aider les travailleurs cachés à considérer leurs compétences comme pertinentes et adaptées.

Dans l’ensemble, il est clair que les agences de services sociaux ont besoin de talents. Les travailleurs cachés constituent une source énorme et inexploitée. L’ajustement des processus d’embauche pourrait bien être la solution.