European Social Network - Homepage

Rechercher
Close this search box.

News

stroke copie

Se remettre de cette pandémie signifie reconstruire l’espoir pour l’avenir

Par Ivailo Kalfin, directeur exécutif, Eurofound

Dans toute l’Europe, le mot-clé de la réponse à la crise économique de 2008 était « austérité », et ce sont surtout les jeunes qui en ont subi les conséquences néfastes. Les mots clés de la politique post-pandémique sont « rétablissement » et « résilience » – thèmes clés de la Conférence européenne des services sociaux de 2022. Ils marquent une approche diamétralement opposée qui promet d’être beaucoup plus efficace et plus humaine. Cependant, nous devons étudier et comprendre le coup porté par les jeunes à cette pandémie, afin d’adapter les mesures de rétablissement et de résilience à leurs besoins et de les doter des outils nécessaires pour façonner activement leur présent et leur avenir. Une étude récente d’Eurofound démontre la vulnérabilité des jeunes en termes de stabilité de l’emploi, d’inclusion sociale et de bien-être mental. Après les mesures anticrise immédiates, des questions qui avaient été mises en veilleuse, parce que le contrôle de la propagation du virus était primordial, refont surface et doivent être abordées. Le principal d’entre eux est la situation précaire de la jeunesse européenne : si nous ne leur accordons pas la priorité dans le présent, nous avons peu d’espoir pour l’avenir.

Une expression utile en anglais nous conseille de « make hay while the sun shines » (faire les foins pendant que le soleil brille), c’est-à-dire d’agir quand les temps sont bons pour avoir la sécurité quand les temps sont mauvais. Malheureusement, les diverses crises et perturbations survenues ces dernières années ont brouillé les frontières entre les « bonnes » et les « mauvaises » périodes – le moment d’investir et celui de se serrer la ceinture – ce qui a brouillé les efforts visant à élaborer et à appliquer des politiques indispensables. Cependant, il n’est jamais trop tôt ni trop tard pour aborder les questions importantes, et les politiques de la jeunesse comptent certainement parmi ces questions importantes.

Lorsque la pandémie de COVID-19 a frappé, les chiffres de l’emploi des jeunes étaient encore en train de se remettre de la crise de 2008. Les progrès en matière de taux d’emploi, d’égalité entre les hommes et les femmes dans l’emploi et de réduction de la proportion de jeunes sans emploi, éducation ou formation (NEET) étaient timides, mais tangibles. Et puis le choc produit par les lockdowns a inversé les tendances à l’accroissement de la cohésion, creusant davantage les écarts entre les différents groupes de la société.

Une pandémie qui polarise

Les travailleurs temporaires – en particulier ceux qui occupent des emplois non télétravaillables tels que les services, la vente et l’hôtellerie et les emplois d’ouvriers – ont été touchés de manière disproportionnée par la perte d’emplois de la COVID-19, représentant les trois quarts de la perte nette d’emplois dans l’UE en 2020. Dans le même temps, les travailleurs ayant un emploi permanent dans des catégories professionnelles de cols blancs télétravaillables ont été largement épargnés par le chômage.

Une étude conjointe d’Eurofound et du Centre commun de recherche de la Commission européenne montre qu’au total, il y avait cinq millions d’emplois de moins dans l’UE au printemps 2020 qu’un an plus tôt, ce déficit se réduisant à un peu plus de trois millions d’emplois à la fin de l’année. Le déclin de l’emploi a été le plus marqué chez les jeunes travailleurs et les femmes faiblement rémunérées.

Les retombées de la pandémie sur le marché du travail ont représenté une tempête parfaite pour la jeunesse européenne. En 2019, les plus grandes proportions de jeunes travailleurs (âgés de 15 à 29 ans) étaient employés, pour la plupart, dans les secteurs qui seraient bientôt les plus touchés par la pandémie – 13% travaillaient dans l’hébergement et la restauration, 11% dans le commerce de gros et de détail, et 10% dans les arts et spectacles. La plupart de ces emplois ont été mis en attente ou supprimés pendant les fermetures. Un autre groupe important de jeunes travailleurs (11 %) travaillait dans le secteur des services de santé et de soins, où les longues heures de travail, les conditions de travail difficiles et l’épuisement professionnel ont atteint un pic pendant la pandémie. Plus de la moitié des jeunes de l’UE avaient des contrats temporaires (34 %) ou de courte durée (22 %), et ces contrats étaient souvent les premiers à disparaître lorsque les entreprises fermaient leurs portes et licenciaient du personnel.

L’impact de la pandémie sur le marché du travail a entraîné une hausse du chômage chez les 15-29 ans de 1,4 point de pourcentage en 2020, pour atteindre 13,3 %, soit une augmentation beaucoup plus importante que chez la population plus âgée. Le taux de NEET a également augmenté, de 1,2 point de pourcentage, pour atteindre 13,7 %.

La tempête sur le marché de l’emploi et les niveaux élevés de stress vécus par les jeunes, même par ceux qui ont conservé leur emploi, ont abouti à des chiffres très inquiétants un an après le passage de COVID-19. Au printemps 2021, 17 % des jeunes chômeurs ou inactifs de l’UE ont déclaré qu’ils risquaient de perdre leur logement parce qu’ils n’en avaient pas les moyens, 39 % n’avaient aucune épargne et 43 % avaient des difficultés à joindre les deux bouts. Plus de la moitié d’entre eux vivaient chez leurs parents, ce qui constituait une sécurité pour certains jeunes vulnérables, bien qu’au prix de leur indépendance.

Avant la crise, les jeunes obtenaient des scores plus élevés que les personnes plus âgées pour les indicateurs de bien-être et de satisfaction dans la vie. C’est désormais le contraire qui se produit : les citoyens de l’UE âgés de 18 à 34 ans déclarent être plus susceptibles de se sentir déprimés, seuls et anxieux que ceux âgés de 35 ans et plus. Ils présentent également des niveaux de résilience plus faibles pour faire face aux problèmes de la vie. Il y a maintenant une crise de la santé mentale des jeunes en Europe, et il est peu probable que le rétablissement du bien-être mental des jeunes soit aussi linéaire que celui des indicateurs économiques. Les décideurs politiques qui espèrent avoir le temps de répondre aux préoccupations de la jeune génération, grâce à la confiance des jeunes dans les institutions et à leur optimisme traditionnel quant à l’avenir, risquent de découvrir que ces espoirs sont construits sur des fondations de sable.

Préparer l’avenir de la jeunesse européenne

Les conclusions sont frappantes, mais il ne faut pas sous-estimer le nombre d’emplois qui ont été sauvés pendant la pandémie grâce à l’intervention de l’État et au soutien fiscal qu’il a apporté, ainsi qu’au passage massif au télétravail. Il existe également des mesures axées sur les jeunes. Des mesures immédiates ont été prises au niveau européen, avec des objectifs de financement spécifiques pour les jeunes fixés par le Fonds social européen. Des initiatives ont été prises au niveau national pour maintenir les jeunes dans l’enseignement, offrir des places d’apprentissage et améliorer l’accès à la protection sociale. Cependant, de nombreuses mesures mises en œuvre jusqu’à présent ont été temporaires, afin de réduire la vulnérabilité des jeunes face à la crise. Nous avons maintenant besoin de mesures à plus long terme – comme des améliorations permanentes de l’accès au travail et des mesures visant à accroître la sécurité de l’emploi.

Outre les politiques liées au travail, les jeunes Européens ont besoin d’un soutien adapté et spécifique pour fonder une famille – la garantie pour les enfants étant une proposition très appropriée à cet égard -, pour trouver un logement accessible et, surtout, pour faire face à des niveaux élevés de stress et à des problèmes de santé mentale imminents.

Les actions vastes et ambitieuses nécessaires pour préparer l’avenir de la génération actuelle de jeunes ne peuvent pas simplement être imposées aux citoyens d’en haut. La conférence sur l’avenir de l’Europe est une série de débats et de discussions dirigés par des citoyens qui permettent à des personnes de toute l’Europe de partager leurs idées et de contribuer à façonner un avenir commun. Il constitue un forum permettant de comprendre les préoccupations des citoyens et de tirer le mandat nécessaire pour prendre des mesures décisives. De même, l’Année européenne de la jeunesse 2022 est l’occasion d’impliquer spécifiquement les jeunes Européens dans les décisions importantes qui les concernent. Elle leur dit que les décideurs politiques ne se contentent pas de professer dans l’abstrait que les jeunes sont l’avenir, mais les reconnaissent comme le présent.